Le Blog du site shopping bio et écologique INAKIS

accueil du blog inakis







Les remèdes naturels que l'UE et les multinationales pharmaceutiques veulent vous interdire...


Une directive de l'Union Européenne, la THMPD (Traditional Health Medical Products Directive, aussi appelée directive 2004/24/EC), qui doit entrer en vigueur le 30 avril 2011, est sur le point d'interdire de nombreux remèdes médicinaux à base de plantes, utilisées depuis des milliers d'années, et sans les effets secondaires des médicaments allopathiques (issus de la pétrochimie).

Cette directive impose en effet une nouvelle procédure d'agrément pour les préparations thérapeutiques à base de plantes, similaire à celle des médicaments (!). En d'autres termes, pour le fabricant, la facture ressort à entre 105 000 à 180 000 euros par plante... Ce qui est totalement rédhibitoire pour les TPE/PME qui les produisent, généralement de manière artisanale..

Des centaines de plantes européennes sont concernées, mais également toutes les plantes de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) et toutes celles de l'Ayurveda (médecine indienne).

Une association européenne, Alliance for Natural Health (ANH) est en train de déposer un recours. L'ANH a réussi à réunir des fonds pour couvrir les frais judiciaires devant les tribunaux européens. Il est possible qu'elle parvienne à faire condamner l'UE pour abus de pouvoir, et ainsi permettre de stopper la mise en application de cette directive.

Cette action reste cependant peu connue du grand public, et il est nécessaire de manière urgente de se mobiliser afin de soutenir l'action de l'ANH en signant la pétition (près de 100 000 signatures déjà, mais il en faut plusieurs centaines de milliers) que vous trouverez sur le site du Collectif pour la défense de la médecine naturelle.

Ce collectif est en train de s'organiser pour déployer cette pétition dans toute l'Europe.

A l'heure des affaires comme celle du Mediator, où les spécialistes parlent de dizaines de médicaments toxiques qu'il faudrait interdire, il est plus qu'urgent d'agir. Comme le dit le manifeste de l'ancien résistant Stéphane Hessel : "indignez-vous !"...

Bookmark and Share

Donnez votre avis

Vins bio et vins naturels : quels labels ?

Raisins de l'agriculture biologique (photo Domaine St Martin)Les vins bio séduisent de plus en plus de gens qui souhaitent consommer des produits à la fois plus respectueux de l'environnement, de la santé et qui soient de qualité. La viticulture  n'est en effet pas sans conséquences, car si elle occupe 5% du territoire français, ce sont 20% des pesticides qui lui sont consacrés. En 2007, les exploitations viticoles certifiées bio étaient près de 2000, ce qui représente 2,6% environ du vignoble français. Mais en réalité on ne peut pas vraiment parler de vin labellisé bio, il s'agit plutôt de "vin issu de raisins de l'agriculture biologique". Le label "Agriculture Biologique" ne s'applique qu'aux méthodes de production du raisin (jusqu'aux vendanges) mais ne prend pas en compte la façon dont se fait la vinification. Label officiel AB (Agriculture Biologique)Il est donc tout à fait possible d'ajouter des conservateurs, levures, colorants... durant la vinification même si le raisin utilisé est labellisé AB. Dans les faits, cela ne pose pas vraiment problème puisque les viticulteurs engagés dans un processus de certification bio prônent des méthodes de vinification les plus naturelles possibles. Dans tous les cas, le label AB garantit l'absence de pesticides, insecticides, fongicides ou engrais chimiques dans le vin certifié, ainsi que le recyclage des matières organiques et une lutte biologique.

Logo de la charte FNIVAB pour les vins biologiquesC'est d'ailleurs pour pallier aux manques du label AB qu'a été créée en 1998 la FNIVAB (Fédération Nationale Interprofessionnelle des Vins de l'Agriculture Biologique) qui a élaboré une charte de vinification pour les viticulteurs bio. Les adhérents à cette charte doivent se conformer à des critères pour la fabrication du vin bio depuis la culture jusqu'à la mise en bouteille. On peut reconnaître les vins respectant la charte FNIVAB grâce à la mention du logo AB où le "A" est à l'envers. D'autre part, la Commission Européenne travaille actuellement à l'élaboration d'une législation prenant en compte les méthodes de vinification pour la certification du vin bio, il s'agit du projet ORWINE.

On trouve également sur les vins d'autres certifications ou marques privées habituelles de l'agriculture biologique, voire biodynamique, comme Nature & Progrès ou Demeter. Autre initiative à signaler dans ce domaine : l'association SIVCBD (Syndicat International des Vignerons en Culture Biodynamique) qui a élaboré un cahier des charges pour la culture du vin en bio-dynamie. Le respect de celui-ci est vérifié par l'organisme Ecocert et permet d'afficher le logo Biodyvin sur les bouteilles certifiées.

Label Nature & Progrès pour une agriculture biologique et durable  Logo certification Demeter pour l'agriculture biodynamique   Logo de la certification Biodyvin

Rully 2007 Les Cailloux - Blanc - Domaine Les Champs de l'Abbaye - Alain Hasard - BourgogneEnfin on parle généralement de vins naturels pour les vins produits avec le moins d'intervention possible du vigneron, c'est-à-dire bien souvent sans l'ajout de levures ni l'utilisation de soufre (sulfites).

Maintenant que vous en savez un peu plus sur les vins bio, passons à la dégustation ! Ochato a sélectionné des vins issus de l'agriculture biologique et biodynamique que nous vous proposons sur Inakis. Laissez-vous guider et découvrez des vins bio de qualité.

Jurançon 2005 Cuvée de Marie Kattalin - Blanc Moelleux - Domaine de Souch - Sud-Ouest   Coteaux du Languedoc 2008 Prosé - Rosé - Domaine de La Prose - Languedoc-Roussillon   Saint Emilion 2005 Cuvée Charlie Schlingo - Rouge - Château Barrail des Graves - Bordelais   Champagne Dosage Zéro - Blanc Effervescent - Champagne Couche - Champagne

--
En savoir plus :

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommer avec modération.

Donnez votre avis

Un observatoire indépendant pour une publicité responsable

Observatoire Indépendant de la Publicité lancé par l'Alliance pour la PlanèteL'Alliance pour la Planète, regroupement d'associations écologiques, de consommateurs, de syndicats, d'agriculteurs... vient de lancer un Observatoire Indépendant de la Publicité (l'OIP). Cet observatoire a été mis en place afin de veiller à ce que les publicités n'emploient pas abusivement des arguments écologiques pour faire passer leur message et tromper les consommateurs. En effet, depuis quelques temps la pratique de "greenwashing" ou "écoblanchiment" est de plus en plus courante. Il s'agit d'un procédé de communication jouant sur l'image de responsabilité environnementale. La publicité "écoblanchie" fait passer des messages qui insistent sur l'engagement écologique de l'entreprise ou de la marque concernée, voire renforce ou déforme complètement cet engagement s'éloignant totalement de la réalité. Ainsi avec l'écoblanchiment, une entreprise se "verdit" alors même que ses actions en faveur de l'environnement sont quasiment inexistantes ou très marginales par rapport à ses autres activités.

Guide de l'éco-citoyenL'objectif de l'OIP est donc de détecter ces publicités qui pratiquent l'écoblanchiment et de les différencier des publicités portant un véritable message écologique. Le sujet est en effet d'importance considérable, puisque les enjeux écologiques actuels sont de taille et il y a urgence à agir concrètement. En utilisant à tout va des arguments écologiques pour justifier de tout et n'importe quoi, le concept finit par ne plus être crédible et le consommateur ne sait plus distinguer le vrai du faux. Et c'est bien sûr l'empreinte écologique qui s'en trouve affectée puisque cette désinformation ralentit le développement de véritables alternatives écologiques.

Après le Grenelle de l'Environnement, de nouvelles dispositions pour l'ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité), l'organe officiel chargé de l'évaluation des publicités, avaient été prises afin de mieux réguler la publicité dans ce domaine. Mais l'Alliance pour la Planète jugeant ce système encore insuffisant, en particulier du fait que les avis rendus par l'ARPP soient non-contraignants, a décidé de créer l'OIP afin de donner l'alerte sur les publicités douteuses. Achetons responsableToute personne peut donc soumettre à cet observatoire une publicité de n'importe quelle forme (presse, télévision, radio, web, affichage...) qu'il pense être abusive. L'OIP procède alors à une analyse de cette publicité avec l'aide d'experts associatifs et de professionnels de la communication qui sera rendue publique un mois après. En parallèle de cette évaluation, les internautes peuvent s'inscrire sur le site de l'OIP et donner eux aussi leur avis et une note pour chacun des critères du diagnostic (mots employés trompeurs, composition graphique de la publicité, informations floues ou sans preuves, surestimation de l'intérêt écologique du produit, mise en avant de comportements contraires à la protection de l'environnement).

Abonnement de 6 numéros au magazineDepuis le lancement de l'OIP, plusieurs publicités ont déjà été proposées pour évaluation. Vous pouvez par exemple participer en donnant votre avis sur une publicité sur les 4x4 en ville, les orientations de Total, les produits soi-disant "100% naturels" d'Herta ou encore la lessive "écologique" de Le Chat. De façon générale, les publicités ne s'appuyant que sur des concepts larges et flous et ne présentant aucune certification labellisée sont à prendre avec précaution. Il est à espérer que cette initiative très intéressante de l'Alliance de la Planète sera suivie par de véritables mesures d'évaluation et de sanction envers les publicités mensongères et "écoblanchies".

--
En savoir plus :

Donnez votre avis

L'IRENA, une agence internationale pour les énergies renouvelables

L'IRENA, Agence Internationale pour les Energies Renouvelables75 pays du monde viennent de signer ce 26 janvier dernier à Bonn en Allemagne le traité fondateur de l'IRENA, une Agence Internationale pour les Energies Renouvelables. Cette nouvelle organisation, la première d'envergure internationale sur ce sujet, a pour objectif d'aider au développement des énergies vertes et renouvelables aussi bien dans les pays du Nord que du Sud. L'Allemagne, l'Espagne et le Danemark, pays déjà bien appliqués dans ce domaine, sont plus particulièrement à l'origine de sa création. Au total ce sont déjà 75 pays qui ont signé le traité, dont la France, même si certains grands pays comme la Chine, les Etats-Unis, le Brésil... sont encore absents pour le moment.

Energie, changeons de capFace aux défis planétaires actuels (réchauffement climatique, diminution des ressources naturelles disponibles, croissance de la démographie et de la consommation d'énergie...), il était temps qu'une organisation internationale soit créée afin de se pencher sur ces problématiques. Elle devra aider les Etats à mettre en place des politiques en faveur des énergies renouvelables et à développer la recherche dans ce secteur. Pour le moment, il existe encore beaucoup d'obstacles qui empêchent un développement plus rapide de ces nouvelles technologies. L'IRENA devrait faciliter les procédures de financement, d'exportation... qui ralentissent le déploiement des énergies vertes et renouvelables, indispensables pour l'avenir de la planète. Les énergies fossiles représentent encore 80% de la consommation mondiale en énergie alors que les ressources vont se faire de plus en plus rares et de plus en plus coûteuses. Il est donc urgent de mettre en place des alternatives efficaces et durables.

Guide des énergies vertes pour la maisonL'IRENA sera composée de 3 organes : une Assemblée comprenant tous les Etats membres qui votera le budget et établira le programme de travail, un Conseil avec des représentants des Etats élus par l'Assemblée qui se réunira deux fois par an et un Secrétariat pour la mise en oeuvre des actions du programme. C'est au mois de Juin prochain que les dirigeants de l'agence seront élus et que le lieu du siège sera décidé. Chaque année l'IRENA disposera d'un budget de 25 millions de dollars pour le développement des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, géothermie...). L'initiative devrait permettre également la création de nombreux emplois dans ce secteur en pleine expansion. Rappelons que d'ici à 2012, l'Europe s'est fixée l'objectif d'atteindre 20% d'énergies renouvelables dans sa consommation totale d'énergie.

Plus d'infos :
Site officiel de l'IRENA : www.irena.org
Brochure de présentation (en français) : brochure

--
En savoir plus :

Donnez votre avis

13 collectivités territoriales labellisées par les Rubans du développement durable 2008

Label Ruban du Développement Durable 2008-2010Chaque annnée depuis 2002, les Rubans du développement durable récompensent des collectivités territoriales s'étant distinguées par leur politique en matière d'environnement et de développement durable. Organisée par l'association des maires de France, l'association des maires de grandes villes de France, le Comité 21 et Dexia, cette opération décerne aux lauréats un label national qui pourra être affiché à l'entrée de ces collectivités. Pour les Rubans du développement durable 2008, le jury de sélection était présidé par Jean-Marie Pelt (président de l'Institut Européen d'Ecologie) et composé de représentants des différents partenaires des Rubans (Ademe, PNUE, DIACT, CNFPT...).

Acheter L'avenir en vert publié par le Comité 21 - Nature & DécouvertesLe palmarès 2008 a été annoncé le 27 Novembre à l'occasion du 91ème Congrès des maires et présidents de communautés de France, 13 collectivités territoriales ont été labellisées : 5 communes (Avignon, Beynat, Bordeaux, Echirolles, Pessac), 6 structures intercommunales (Grand Alès en Cévennes, Grand Nancy, Mulhouse Sud Alsace, Pays de Pervenchères, Pays des Landes de Gascogne, Syndicat d'aménagement du Trièves) et 2 conseils généraux (conseil général du Finistère, conseil général de la Haute-Vienne). Les critères de sélection sont l'organisation et la conduite de la politique territoriale de développement durable, la vision stratégique et le plan d'actions et les actions réalisées. Des collectivités peuvent être labellisées pour leur politique globale prenant en compte le développement durable, par la mise en place C'est vert et ça marche de Jean-Marie Pelt - Fnacd'un agenda 21 par exemple qui regroupe un ensemble d'actions touchant à tous les domaines d'intervention d'une collectivité. Cette année c'est le cas de plusieurs collectivités (Bordeaux, Grand Alès, Finistère...) qui ont choisies d'établir un plan d'actions couvrant l'ensemble de la politique de développement du territoire. D'autres collectivités ont ciblé davantage leur action sur un domaine précis, comme la Communauté de Communes du Pays de Pervenchères qui s'est investi dans la construction durable et HQE (Haute Qualité Environnementale) avec plusieurs projets dont le premier vient de s'achever (construction d'un pôle scolaire et d'une médiathèque respectant 14 cibles HQE).

Ce label sera désormais délivré tous les deux ans, les prochains lauréats des Rubans du développement durable seront donc désignés en 2010.

--
En savoir plus :

Donnez votre avis

Mâles en péril : documentaire sur les dangers des polluants chimiques

Documentaire Mâles en péril de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade sur les substances chimiquesLe film documentaire "Mâles en péril", diffusé sur Arte le mardi 25 Novembre à 21h, relate l'enquête menée par les réalisateurs Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade sur les substances chimiques qui menaceraient notre santé, en particulier la fertilité masculine. Ce documentaire a reçu le Prix Europa 2008, festival qui récompense des productions européennes de télévision ou de radio. L'enquête de ces journalistes débute par quelques questions : pourquoi depuis 50 ans la production de spermatozoïdes chez l'homme a t-elle diminué de 50% ? pourquoi le nombre de cancers du testicule ne cesse t-il d'augmenter ? ainsi que le nombre de malformations congénitales de l'appareil reproducteur masculin ? pourquoi certaines espèces animales se féminisent-elles et d'autres deviennent-elles de plus en plus stériles ? A toutes ces questions, de plus en plus de scientifiques évoquent l'effet néfaste de substances chimiques, présentes dans notre quotidien, qui agiraient comme perturbateurs endocriniens. La grande invasion - Enquête sur les produits qui intoxiquent notre vie quotidienne - FnacEn agissant sur le système hormonal des hommes ou d'animaux, ces produits chimiques entraine une féminisation du monde et mettent en danger la fertilité de ces espèces. Parmi les substances incriminées, on retrouve PCB, pesticides, phtalates, bisphénol A, retardateurs de flamme, DDT... qui sont des composés chimiques présents partout autour de nous : cosmétiques, matières plastiques, emballages alimentaires, jouets...

Acheter biberon Green to Grow sans phtalates ni bisphénol A - goulot large 150ml - BrindillesDurant cette enquête, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade ont rencontré de nombreux scientifiques et représentants de l'industrie chimique que l'on pourra retrouver dans le documentaire. Le focus est mis plus particulièrement sur quelques substances faisant beaucoup parler d'elles depuis un certain temps : phtalates, bisphénol A et distilbène. Le bisphénol A, nous avions déjà abordé le sujet, est un oestrogène synthétique utilisé dans la fabrication de plastiques transparents (bouteilles d'eau, biberons...) et de résines époxy (boîtes de conserve). De nombreuses études ont montré les dangers de ce composé chimique sur la santé humaine, et Acheter couches lavables en fibre de bambou - Multi Pack - Bamboozles Aplix - Brindillesnotamment sur les nouveaux-nés. Les phtalates sont également utilisés dans la fabrication de matières plastiques (tel que le PVC), ce sont des additifs chimiques servant à donner de la flexibilité aux matériaux; ils sont aussi employés comme agents fixateurs dans les produits cosmétiques. On trouve des phtalates dans d'innombrables produits : isolants pour câbles, produits pour l'automobile, matériaux médicaux, emballages alimentaires, revêments de planchers et murs, jouets, cosmétiques... Enfin le distilbène, aussi un oestrogène synthétique, était un médicament prévenant les fausses couches fortement pescrit des années 1950 à 1980 à l'origine de nombreuses malformations génitales chez les enfants dont les mères en ont consommé. Les nouveaux-nés et enfants sont d'ailleurs exposés à de multiples autres substances, comme le TBT (tributylétain), le polyacrylate de sodium ou encore le benzol, autant de composés chimiques que l'on retrouve par exemple dans les gels absorbants des couches jetables... La solution : utiliser des couches lavables en matières naturelles !

Acheter le livre Stop de Laurent de Bartillat et Simon Retallack - FnacLa réglementation européenne REACH sur les substances chimiques, signée en 2006, devrait permettre de limiter à l'avenir l'utilisation de produits chimiques toxiques pour la santé humaine ou l'environnement. Sur plusieurs échéances jusqu'à 2018, les industriels devront déclarer toutes les substances chimiques dangereuses employées parmi une liste de 30000 composés répertoriés par REACH. Cette réglementation est déjà une très grande avancée dans le domaine, mais devra être améliorée et renforcée selon les associations écologiques pour être véritablement efficace. Le reportage de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade est l'occasion d'en apprendre un peu plus sur tous ces scandales de l'industrie chimique. La diffusion du documentaire sera suivie d'un débat avec Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à l'Ecologie, le Acheter livre L'humanité disparaîtra, bon débarras ! d'Yves Paccalet - Fnacprofesseur Andreas Kortenkamp (responsable du service de toxicologie de l'université de Londres) et François Veillerette, président du Mouvement pour le droit et le respect des générations futures. Et pour un avant-goût, plusieurs extraits vidéos de "Mâles en péril" peuvent être visionnés sur le site d'Arte.

Pour info :
Film documentaire "Mâles en péril" de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade diffusé mardi 25 Novembre à 21h sur Arte (en savoir plus).

--
En savoir plus :

Donnez votre avis

Un plan national pour le développement des énergies renouvelables

Acheter INVICTA - Poêle à Bois Attiba ouvrant droit au crédit d'impôt développement durableA l'occasion de la 1ère Semaine des énergies renouvelables, du bâtiment et de la maîtrise de l'énergie organisée par l'Ademe, Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, vient d'annoncer le plan national de développement des énergies renouvelables. 50 mesures ont été présentées afin de répondre d'ici 2020 aux objectifs fixés lors du Grenelle de l'environnement en octobre 2007 et à ceux de l'Union Européenne. L'objectif général étant de porter à au moins 23% la part des énergies renouvelables par rapport à la consommation totale d'énergie en France en 2020. Les mesures annoncées visent à faciliter et à inciter au développement de tous les types d'énergies renouvelables (éolien, solaire photovoltaïque et thermique, géothermie, biomasse, énergie de la mer, hydraulique...). Le plan devrait permettre à terme de multiplier par 6 la géothermie, par 10 le parc éolien et par 400 le solaire photovoltaïque. Si l'accent est fortement mis sur le solaire photovoltaïque, l'installation d'unités de production d'énergie renouvelable devra se faire suivant les spécificités de chaque région et devra prendre en compte la complémentarité de différentes sources d'énergie renouvelable.

Acheter Se chauffer autrement (chauffage au bois, solaire, pompes à chaleur...) - FnacA partir de Janvier 2009, un "fonds chaleur renouvelable" d'un milliard d'euros sera mis en place afin de développer sur la période de 2009 à 2011 le chauffage écologique (géothermie, biomasse, pompes à chaleur, solaire thermique...) dans l'industrie, le tertiaire et l'habitat collectif. Pour 2020, l'objectif serait d'équiper 2 millions de foyers de pompes à chaleur, système de chauffage basé sur la récupération de la chaleur stockée dans les sols ou les nappes d'eau souterraines (PAC géothermiques) ou encore la chaleur de l'air ambiant (PAC aérothermiques). Par ailleurs, le crédit d'impôt "développement durable" est prolongé jusqu'à 2012 et permettra de faciliter l'accès aux particuliers aux équipements d'énergies renouvelables tels que panneaux solaires photovoltaïques, chauffe-eaux solaires, pompes à chaleur, poêles à bois avec rendement supérieur à 70% et taux de CO2 inférieur à 0,6%... A cela vont s'ajouter d'autres dispositifs incitatifs comme des tarifs fixes et des primes au rachat de l'électricité d'origine renouvelable par EDF, un éco-prêt à taux zéro, des possibilités d'exonération de taxe foncière...

Si le plan présenté ne paraît pas suffisamment ambitieux pour tout le monde, il est déjà un bon départ. Espérons maintenant que toutes ces mesures annoncées se concrétiseront bientôt (et enfin !) par un véritable développement des énergies renouvelables en France pour un habitat plus écologique.

Acheter Les pompes à chaleur - Achat Nature  Acheter Le mini-éolien - Achat Nature  Acheter Guide de l'énergie solaire thermique et photovoltaïque - Achat Nature

--
En savoir plus :

Donnez votre avis

Les énergies renouvelables l'honneur cette semaine

Acheter Le plein svp - Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean - FnacCette semaine ce n'est pas seulement la semaine de la solidarité internationale, c'est aussi la 1ère semaine des énergies renouvelables, du bâtiment et de la maîtrise de l'énergie organisée par l'ADEME. L'Agence de l'Environnement et de la maîtrise de l'Energie (Ademe), dépendant des ministères de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du territoire et de l'Enseignement supérieur et de la Recheche, a pour mission d'observer et d'informer en matière d'énergie et d'environnement. Suite aux conclusions du Grenelle de l'environnement, elle met en place cette première édition de "Energie : changeons d'ère !", la semaine des énergies renouvelables, du bâtiment et de la maîtrise de l'énergie qui a lieu du 17 au 22 Novembre à Paris La Défense.

Acheter livre  pour Choisir une énergie renouvelable adaptée à sa maison - Achat NatureEn Mars 2007, les chefs d'Etat de l'Union Européenne s'étaient mis d'accord sur trois grands objectifs pour 2020 : diminuer de 20% des émissions de gaz à effet de serre (par rapport à 1990), porter à 20% la part des énergies renouvelables dans la consommation d'énergie totale de l'UE et améliorer l'efficacité énergétique afin d'économiser 20% de l'énergie produite. A l'heure actuelle, certains points de ce paquet "énergie-climat" sont toujours en discussion entre les différents états membres, notamment sur la question des énergies renouvelables. Une directive européenne définitive pourrait être signée d'ici la fin de l'année. C'est dans ce contexte que s'inscrit la semaine des énergies renouvelables, du bâtiment et de la maîtrise de l'énergie de l'Ademe. Réduire consommation énergie - La maison des [nega]watts - Notes de ProvenceL'évènement doit réunir des professionnels et collectivités autour de colloques et conférences sur ces problématiques (programme complet sur le site de l'Ademe). Une journée grand public est prévue le samedi 22 Novembre sur le thème de "La maison économe" avec des tables rondes, projections de films et démonstrations pratiques. En parallèle, le CLER (Comité de Liaison Energies Renouvelables) organise des porte-ouvertes les 22 et 23 Novembre partout en France sur des sites équipés en énergies renouvelables (programme sur le site du CLER).

POWEO Planète, l'offre écologique 100% électricité verte - PoweoD'ailleurs où en est-on en France et en Europe à propos des énergies renouvelables ? Selon le baromètre EurObserv'ER (observatoire des énergies renouvelables), le dernier bilan de 2006 indiquait 6,9% d'énergies renouvelables dans la consommation totale d'énergie au niveau de l'Union Européenne (6,33% en France, mais seulement 0,9% si l'on ne compte pas l'énergie hydraulique). Les objectifs de 2020 sont donc encore bien loin... Géothermie, énergie solaire, éolien, biomasse... c'est par la combinaison de toutes ces énergies, une meilleure efficacité énergétique et une diminution de notre consommation qu'il sera possible de faire face à l'épuisement des ressources et aux changements climatiques.

--
En savoir plus :

Donnez votre avis

La santé de nos enfants passera par l'alimentation bio

Nos enfants nous accuseront - Le filmChaque année, en Europe, 100 000 enfants meurent de maladies causées par l'environnement. 70% des cancers sont liés à l'environnement dont 30% à la pollution et 40% à l'alimentation. Chaque année en France, on constate une augmentation de 1,1% des cancers chez les enfants. En France, l'incidence du cancer a augmenté de 93% en 25 ans chez l'homme.

C'est la première fois que le cinéma français s'intéresse à un sujet sur l'environnement. Ici il s'agit plus particulièrement de l'alimentation de nos enfants : la cause apparaît urgente. Jean-Paul Jaud nous livre ici une tragédie environnementale avec ce film sorti hier en salle, "Nos enfants nous accuseront" : l'empoisonnement de nos campagnes par la chimie agricole et les dégâts occasionnés sur la santé publique, notamment celle des enfants.

Ce film raconte la courageuse initiative d'une municipalité du Gard, Barjac, qui décide de faire passer la cantine scolaire au bio, en finançant le surcoût sur le budget de la commune. Conscient du danger sanitaire qui menace une jeune génération exposée aux 76000 tonnes de pesticides déversés chaque année en France, un maire décide de donner l'exemple d'une portée politique forte : alerter l'opinion et les pouvoirs publics sur les dérives scandaleuses d'un système économique dont la logique va totalement à l'encontre de la santé de la population...

Les différents intervenants du film (enfants, parents, enseignants, soignants, journalistes, paysans, élus, scientifiques, chercheurs,...) livrent leurs sensations, leurs analyses, leurs angoisses, leur colère, le fruit de leur travaux à la caméra. Chacun raconte son expérience, dénonce les abus, pose les problèmes, mais tous proposent des solutions, à condition que les différents organes de décision, et notamment les pouvoirs publics, prennent leurs responsabilités. Des témoignages édifiants et bouleversants sur une réalité qu'il est urgent de maîtriser. La la fait déjà toucher du doigt, regardez-là jusqu'au bout, elle fait déjà sérieusement réfléchir...




Combien de maladies, de tumeurs, d'infirmités, de tragédies humaines sont elles en train de proliférer sans que l'on ne fasse rien, ou si peu ?

Le film commence à l'Unesco, lors d'un colloque réunissant des sommités mondiales de la médecine, (qui remonte quand même au 7 mai 2004 !). Un seul mot d'ordre : non pas se contenter de constater les ravages, mais trouver tout de suite les moyens d'agir pour que, demain, nos enfants ne nous accusent pas d'en avoir eu conscience mais de n'avoir rien fait...

Donnez votre avis

Condamnation de Monsanto pour publicité mensongère sur le Roundup

Aménager un jardin écologiqueLa firme Monsanto, célèbre pour la commercialisation de produits phtyosanitaires et de variétés de semences OGM, vient d'être condamnée pour publicité mensongère à propos de son herbicide Roundup. En 2000, Monsanto lance une campagne de publicité pour la promotion de l'herbicide Roundup dont la substance active est le glyphosate. Sur les spots publicitaires diffusés ainsi que sur les emballages de cet herbicide, apparaissent les mentions "biodégradable", "laisse le sol propre" et "respect de l'environnement", laissant penser que le Roundup est un produit écologique et sans danger. Or après plusieurs études, il a été démontré que le glyphosate, substance active du Roundup, n'est absolument pas biodégradable et au contraire a des effets fortement nocifs sur la santé et l'environnement. C'est pourquoi en 2001 une plainte est déposée par les associations Eau et Rivières de Bretagne et Consommation, Logement et Cadre de vie pour publicité mensongère. En 2007, le tribunal de Lyon rend son jugement en faveur des parties civiles, suite à quoi Monsanto fait appel et vient finalement d'être condamnée ce 29 Octobre par la cour d'appel de Lyon à verser une amende de 15000 euros. Il faut savoir qu'aux Etats-Unis une telle campagne publicitaire avait déjà été condamnée par la justice en 1996... Le Roundup est actuellement l'herbicide le plus employé par les jardiniers amateurs et ces publicités mensongères l'ont banalisé, déculpabilisant les jardiniers de son utilisation. Espérons que ce jugement fera réfléchir et conduira à des comportements plus responsables par des méthodes de jardinage écologiques.

Fibralgo x5 - paillage fertilisant - Jardins AnimésD'ailleurs pourquoi utiliser des produits chimiques lorsque l'on peut tout à fait recourir à des produits naturels ? Si l'on a un petit jardin et du temps, la méthode la plus écologique reste le désherbage à la main, qui permet en plus davantage de précision. Pour désherber sur de petites surfaces ou entre des dalles, on peut aussi verser de l'eau bouillante sur les plantes à éliminer. Pour le désherbage de plus grandes étendues, le recours à des produits naturels et 100% biodégradables tel que le purin d'ortie est tout à fait adapté. Le purin d'ortie est une préparation fort utile au jardinier écolo qui selon les dosages peut servir de désherbant, de fertilisant ou encore d'insecticide. Cette préparation, facile à fabriquer, doit être réalisée par soi-même ; en effet la commercialisation du purin d'ortie est interdite depuis la publication d'un décret en 2006 dans le cadre de la loi d'orientation agricole. Une autre méthode écologique et biologique est la pratique du paillage qui consiste à couvrir son potager de tontes de pelouse, de feuilles mortes, d'écorces... afin d'enrichir le sol en humus, d'améliorer la rétention d'eau et d'éviter d'avoir à désherber. L'automne est d'ailleurs la bonne saison pour faire un paillage d'hiver qui protégera le sol du jardin des variations de température.

A voir :
La journaliste Marie-Monique Robin a mené une enquête sur la multinationale Monsanto et a réalisé un film documentaire très révélateur et intéressant, sorti en Mars 2008 : Le Monde selon Monsanto. Elle a publié en même temps un livre du même nom retraçant son enquête.

Jardiner écologique - Achat NatureSOIGNER LE JARDIN PAR LES PLANTES Philippe Delwiche N 3 - Maison de l'EcologieMon jardin biologique - Achat NatureLes bons réflexes pour un jardin écologique - Nature et Découvertes

--
En savoir plus :

Donnez votre avis

Un accord pour favoriser le développement des ampoules basse consommation

Lampe LILIPUT Plus 11W E27 - Megaman - Marché EquitableUn accord a été signé le 23 Octobre concernant le remplacement des ampoules à incandescence classiques par des ampoules basse consommation. C'est dans le cadre de la loi Grenelle 1, adoptée cette semaine par l'Assemblée Nationale, que le ministère de l'Ecologie vient de signer une convention avec les professionnels, fabricants et distributeurs de solutions d'éclairage afin de prévoir le retrait du marché des ampoules à incandescence d'ici 2012. L'objectif de cette mesure est de favoriser le développement des ampoules à basse consommation, ce qui permettra de réaliser d'importantes économies d'énergie. Une telle mesure à l'échelle européenne devrait d'ailleurs bientôt voir le jour.

Elecolight AirPur HELA 15W - E27 - Elecolight - Bien et BioLes ampoules à incandescence classiques sont effet très énergivores, 95% de l'énergie consommée pour faire fonctionner une ampoule de ce type est perdue et dégagée sous forme de chaleur. Il en est de même pour les ampoules à incandescence halogène qui en plus d'avoir un rendement très faible, consomment énormément d'énergie car d'une puissance trop importante (300 à 500 Watts pour un luminaire de salon). Les ampoules à basse consommation sont des solutions de remplacement de ces éclairages énergivores. Pour les pièces nécessitant un éclairage important, on peut utiliser des ampoules fluorescentes compactes qui sont d'un bien meilleur rendement. Une ampoule fluocompacte fournit autant de luminosité qu'une ampoule à incandescence en consommant 5 fois moins d'énergie (ainsi une ampoule fluocompacte de 20 Watt équivaut à une ampoule à incandescence de 100 watt). Plus chères à l'achat, les ampoules fluocompactes se révèlent un investissement bien plus rentables que les ampoules classiques sur le long terme, leur durée de vie est en effet de 6 à 12 fois supérieure.

Lampes autoadhesives à 3 leds - Velleman - La Boutique EconologiqueLes éclairages utilisant des diodes électroluminescentes (LEDs) sont également amenés à se développer. Ces composants électroniques peuvent transformer un courant électrique directement en lumière avec un rendement aussi bon que les lampes fluocompactes. De plus, leur durée de vie est bien supérieure puisqu'elle peut aller de 50000 à 100000 heures. Pour le moment, les LEDs sont surtout utilisées pour des sources lumineuses faibles comme les lampes torches ou de petits éclairages, la technologie ne permettant pas encore d'égaler la luminosité dégagée par une ampoule fluocompacte.

Sachez qu'en France, l'éclairage représente en moyenne 9% de la facture d'électricité d'un ménage, le passage à des lampes à basse consommation n'est donc pas seulement un geste pour la planète, c'est aussi un moyen de faire des économies !

--
En savoir plus :

Donnez votre avis


  Le "Blog à l'écoute du Globe" est l'éco-magazine du guide d'achat INAKIS.fr

  PROMOTIONS EN COURS | MARQUES
  Charte inakis | Criteres | Nos services
  On parle d'Inakis | Nous contacter | Partenaires | Espace membre
  Plan du site | Mentions légales | Qui sommes-nous | Espace partenaires | Catalogue

  © inakis 2006-2017  /  RSS

Creative Commons License